Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AFAENAC Association des Familles Adoptives d'Enfants Nés Au Chili

Adopte-moi les mardis 17 et 24 mars à partir de 20.35 sur France 5

Blog de l'AFAENAC

L'adoption vue à travers l'histoire de sept enfants. Diffusion : les mardis 17 et 24 mars à partir de 20.35.

                                                          
En France, seuls 800 enfants sont adoptables sur les 2 500 pupilles de l'Etat. C'est à l'étranger que se réalisent les trois quarts des adoptions françaises.

Rarement on a raconté les premiers mois de leur vie, marquée par les ruptures. Dans cette série en quatre épisodes, le réalisateur Gilles de Maistre a choisi de montrer l'adoption de leur point de vue : celui d'orphelins dont l'existence a commencé par une tragédie et qui, jusqu'à la rencontre avec leurs nouveaux parents, vont devoir vivre en communauté avant de s'adapter à leur vie d'enfant adopté.


Adam, Lucien, Léa, Henri... Petits d'humains à l'aube de leur existence... Pourtant, quelques heures après leur naissance, ils ont déjà connu l'abandon, celui de leur mère. Gilles de Maistre les a suivis au fil des mois qui vont les mener de la maternité ou de la pouponnière à leur nouvelle famille, si impatiente de les connaître. Souvent traitée à travers le parcours du combattant des parents, l'adoption se raconte cette fois grâce aux histoires croisées de ces bébés ou jeunes enfants, dont la caméra a saisi les premiers regards inquiets au milieu des nounous, référents et tuteurs affairés à veiller sur leur bien-être. En France, où seuls 800 enfants sont adoptables sur les 2 500 pupilles de l'Etat, mais aussi à l'étranger, où se réalisent les trois quarts des adoptions françaises. Donnant la parole aux professionnels et bénévoles chargés de ces orphelins, ainsi qu'à quelques experts de renom et aux adoptants, cette série aborde les diverses problématiques liées à l'enfant adopté.


Le drame de l'abandon
Première étape dans l'Eure, où vient de naître sous le sceau du secret un petit Adam. A la maternité, tout le personnel se mobilise autour de ce nourrisson sans autre protection que la leur. « Il y a des personnes qui sont autour d'eux pour leur parler... pour leur dire ce qui leur est arrivé, parce que c'est un changement brutal », explique Fanny Cohen Herlem, psychanalyste spécialiste de l'adoption. Au Burkina Faso, une mère amène son bébé pour le confier à Martine, responsable d'une pouponnière de Ouagadougou. Le petit Lucien, âgé de 2 mois et demi, tète encore sa mère, qui n'a pas les moyens de l'élever. Après la déclaration d'abandon, elle aura trois mois pour revenir sur sa décision. « Quand une femme abandonne un enfant qu'elle a porté, rappelle la pédiatre Edwige Antier, forcément c'est un drame pour elle... et c'est ça déjà qu'il faut dire à un petit. » En France, l'assistante maternelle qui a accueilli chez elle le petit Adam s'apprête à le ramener au Foyer de l'enfance et de la famille. Fait exceptionnel : la maman d'Adam a souhaité reprendre son enfant ! A Ouagadougou, sept mois plus tard, Martine prépare Lucien, qui va être adopté par un couple français. « Certains de ces enfants ont été agressés physiquement, sexuellement, précise le neuropsychiatre Boris Cyrulnik. C'est ceux qui ont été négligés affectivement qui ont les plus grosses altérations neurologiques. Il suffit de les entourer affectivement pour que le processus de résilience neurologique se déclenche en quarante-huit heures. » A Evreux, une petite Léa de quelques jours a été confiée aux soins d'une référente. Dans deux mois, un conseil de famille exerçant l'autorité parentale étudiera les candidatures de trois couples adoptants pour choisir celui à qui l'on attribuera la petite fille. Son dossier réunit tous les détails qui ont pu être assemblés depuis sa naissance. Edwige Antier souligne : « Plus on aura d'informations sur ce qui s'est passé pour la mère de naissance... plus l'enfant se construira de façon paisible. »


La rencontre avec les parents adoptifs

Le deuxième volet commence en Lettonie. Pour Linda (6 ans), Evita (5 ans) et Ingus (3 ans), c'est la maltraitance parentale qui les a conduits à l'orphelinat de Liepna. La fratrie se prépare à être adoptée par un couple d'éducateurs français. La première rencontre est chargée d'émotion pour les uns et d'attente ou d'angoisse pour les autres. Avant de rejoindre la Normandie, la nouvelle famille apprend à vivre ensemble dans un appartement loué à Valmiera et à surmonter le problème de la langue. A Evreux, le couple choisi pour adopter Léa découvre émerveillé la petite fille et commence la période d'adaptation. Au Burkina Faso, dans l'orphelinat dirigé par Marthe, le petit Henri, abandonné au bord d'une route il y a trois ans, s'apprête lui aussi à rencontrer ses nouveaux parents. Comme pour beaucoup de couples débordant d'un amour improvisé et maladroit, le premier contact va se révéler pourtant difficile...

Anne-Laure Fournier


Le 24 mars : suite de la série

• Episode 3. Henri et ses nouveaux parents apprennent à se connaître dans une petite maison de l'orphelinat. En Lettonie, Catherine, Hugues et leurs trois enfants vont bientôt s'envoler pour la Normandie. A Evreux, Léa quitte définitivement le Foyer de l'enfance et arrive dans sa nouvelle maison... (Diffusion : mardi 24 mars, à 20.35)
• Episode 4. A Ouagadougou, où ils attendent le visa de l'enfant, le lien entre Henri, Karine et Eric se développe jour après jour. En France, les trois petits Lettons, qui ont changé de prénom, semblent s'adapter et font leur rentrée à l'école. Au Burkina Faso, Martine continue d'accueillir des orphelins abandonnés... (Diffusion : mardi 24 mars, à 21.40)


La soirée société présentée par Carole Gaessler
Pour apporter un éclairage sur les différents aspects de l'adoption traités dans Adopte-moi, Carole Gaessler recevra chaque mardi un invité en plateau.


Le 17 mars, elle s'entretiendra avec Hélène Diribarne-Somers, avocat honoraire au barreau de Pau, membre de l'association Avocat sans frontières France et coauteure du Guide de l'adoption, chez Odile Jacob.


Le 24 mars, elle recevra Catherine Sellenet, professeur en sciences de l'éducation, chercheur à l'université de Nantes.


Série documentaire
Durée 4 x 52'


Auteur-réalisateur Gilles de Maistre
Production France 5 / France 3 / Mai Juin Productions
Année 2008


Source: http://www.france5.fr


Commentaires