Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AFAENAC Association des Familles Adoptives d'Enfants Nés Au Chili

Le Chili sauvé de la déforestation par les fours solaires (Source: http://content.undp.org)

Blog de l'AFAENAC

Rosa Castro utilise du bois pour faire la cuisine et chauffer sa maison, tout comme 60 pour cent de la population rurale au Chili. Mais la surcoupe de bois de chauffage a accéléré la déforestation, particulièrement dans sa région semi désertique de Coquimbo, dans le nord du Chili, desséchant des terres déjà arides. Mais Rosa Castro et 200 de ses voisins ont appris à construire et à utiliser des fours solaires, dans le cadre d'un plan de sauvetage des arbres et de préservation de la végétation, mis en œuvre par le PNUD et ses partenaires.


Pour répondre aux besoins urgents d'introduction de combustibles alternatifs, le PNUD, le Fonds pour l'environnement mondial et l'Union européenne ont formé un partenariat avec le gouvernement chilien et les communautés du Nord du pays pour remédier à cette situation grâce à l'application d'une solution inventive et écologique : l'exploitation de l'énergie solaire.


« Nous aurions pu simplement acheter les fours et les distribuer, mais cela n'aurait pas marché », explique Alejandra Alarcon, coordinatrice nationale du partenariat entre le PNUD et le Programme de microfinancements du FEM (GEF-SGP)  . « La seule manière d'obtenir des résultats probants à long terme est d'impliquer directement les habitants dans la construction de leur four solaire et de les engager à partager ce savoir avec d'autres communautés ».


Une nouvelle activité écologique

Le projet a stimulé l'esprit d'entreprise et les élèves sont vite passés maîtres en l'art de vendre des fours et d'enseigner les techniques de construction y afférentes à d'autres communautés dans différentes régions. Dans une précédente initiative de même type, menée dans le désert d'Atacama au Chili, la population locale avait réussi à construire des fours spéciaux qui avaient l'apparence d'antennes paraboliques réfléchissantes. Miguel Perez, l'un des bénéficiaires de ce programme, enseigne à présent à son tour les techniques de construction de fours solaires aux populations locales des communautés avoisinantes.


« J'ai même aidé un groupe d'habitants dans un autre bourg à soumettre une demande pour un projet similaire, afin qu'ils puissent recevoir suffisamment de fonds pour démarrer leur propre production de fours », a déclaré Perez au cours d'un entretien avec les employés du PNUD chargés des services de proximité. « Ils m'ont à présent engagé comme enseignant ». 


Lucila Rojas, une autre habitante de la région, a enseigné aux communautés de Coquimbo les techniques de construction de fours solaires qu'elle avait apprises à l'occasion du lancement du premier projet de ce type, en 1994. « Ma vie a complètement changé depuis, non seulement parce que je ne dépends plus du bois de chauffage et que je n'ai plus besoin de perdre mon temps à rechercher des bûches, mais je ne sens plus l'odeur de la fumée toute la journée », ajoute Lucila. « En tant que femme habitant une zone rurale, ma vie a changé du jour au lendemain, et je suis motivée pour continuer d'apprendre aux autres à construire leur propre four, et améliorer leur existence ». Outre les dommages causés à la nature, le bois de chauffage qui brûle dans un espace confiné peut causer une intoxication chronique, entraînant des maladies pulmonaires obstructives, qui représentent la quatrième cause de mortalité dans le monde, selon l'Organisation mondiale de la santé.


Outre l'utilisation de fours solaires, les villageois de Coquimbo ont entrepris de replanter 30 hectares de forêts pour contribuer à la restauration d'une partie de leur végétation native détruite. Dans cette seule région, plus de 99 % de la végétation naturelle de Quillau a été complètement dévastée par les méfaits de l'exploitation forestière. Le programme fait partie d'une initiative mondiale destinée à inverser le cours de la désertification, qui induit la transformation de terres en zones arides et semi-arides. Les activités humaines et les variations climatiques sont les causes principales de ce phénomène mondial qui affecte directement la vie de plus de 250 millions de personnes dans le monde et met celles d'un milliard d'individus en danger dans une centaine de pays.


Ressources:

Le PNUD au Chili : www.undp.cl
Programme de microfinancements - Fonds pour l'environnement mondial : http://sgp.undp.org/index.cfm

Commentaires