Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
AFAENAC Association des Familles Adoptives d'Enfants Nés Au Chili

Cerro Armazones, nouvel eldorado astronomique de Serge Brunier

Blog de l'AFAENAC

Une montagne du désert d’Atacama, au Chili, vient d’être choisie par les astronomes européens comme site du futur plus grand télescope du monde.

 

 

On attendait la nouvelle depuis quelques mois. La bataille des sites entre les grands instituts astronomiques internationaux est désormais achevée. Ce sont les responsables des trois grands projets astronomiques du futur, GMT, TMT et EELT, visant respectivement la construction de télescopes de 25 m, 30 m et 42 m de diamètre, qui, depuis une décennie ou presque, cherchaient dans le monde entier le site d’implantation de leurs futurs miroirs géants. GMT (Giant Magellan Telescope) ? Il sera à Las Campanas, à 2400 m d’altitude, à la lisière sud du désert d’Atacama, au Chili. TMT (Thirty Meter Telescope) ? Sur le flanc du volcan Mauna Kea, à 4000 m d’altitude, à Hawaii. EELT (European Extremely Large Telescope) ? Fin avril, les astronomes de l’ESO (Observatoire européen austral) ont enfin annoncé le choix du site d’implantation de leur futur télescope géant à un milliard d’euros. Ce sera Cerro Armazones, une montagne de 3060 m d’altitude, isolée en plein désert d’Atacama, au nord du Chili. Un choix dicté par des impératifs scientifiques, techniques et économiques et politiques, aussi.

 

Ces dernières semaines, les enchères ont monté très haut entre l’Espagne et le Chili, qui espéraient tous deux accueillir le géant optique et son miroir de 42 mètres de diamètre sur leur sol, avec les milliers d’emplois induits, et toutes les retombées attendues par le rayonnement d’un tel projet. Les spécialistes s’attendaient au choix d’Armazones, une montagne connue pour ses qualités météorologique hors normes – près de 330 nuits claires par an - depuis près de trente ans : en effet, ce sommet se trouve à seulement 20 km à vol d’oiseau de Cerro Paranal, la montagne de 2600 m qui accueille le Very Large Telescope (VLT) de l’ESO et ses quatre télescopes de 8,2 m de diamètre. Par acquis de conscience, les européens ont cherché ailleurs : aux îles Canaries, au Maroc, en Argentine, au Mexique, en Namibie et sur quatre autres sommets des Andes. Pour tenter de « ravir » l’EELT au Chili, l’Espagne a mis en avril 300 millions d’euros cash sur la table, de son côté, le Chili a promis la création d’une zone de protection de plusieurs centaines de km2 autour de sa précieuse montagne. Laquelle présentait décidément trop d’atouts : en plus d’une météo superlative, Armazones est idéalement situé pour l’ESO, qui opère déjà deux grands observatoires en Atacama. Alma, le nouveau réseau d’antennes millimétriques et surtout le fameux VLT : l’observatoire ultramoderne de Cerro Paranal sera dans les années à venir un camp de base idéal pour la construction de l’EELT et celui-ci, relié à Paranal par fibres optiques, pourra être piloté à distance, depuis la même « control room » que le VLT... Le choix de son site est une étape symbolique forte pour un projet tel que l’EELT, reste maintenant à lancer le projet officiellement : se sera fait en principe d’ici la fin de l’année, avec en point de mire 2018 pour la mise en service du plus grand télescope du monde. Une véritable course contre la montre est désormais lancée entre les équipes internationales de GMT, TMT et EELT...

 

Source http://www.france-info.com

Commentaires