Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
AFAENAC Association des Familles Adoptives d'Enfants Nés Au Chili

CHILI - Le business des mineurs enfouis Par L.Cuneo (lepoint.fr)

Blog de l'AFAENAC

À situation "sans précédent" - telle que l'a qualifiée la Nasa -, réactions sans précédent. Voilà déjà un mois que les 33 mineurs chiliens sont coincés 700 mètres sous terre : alors qu'ils ne seront secourus que dans deux ou trois mois et que leur moral commence à décliner, les "33" sont au coeur de luttes acharnées, oscillant entre charité bien ordonnée et business aux juteuses retombées.

 

Les mineurs sont ainsi l'objet de toutes les attentions. Un cardinal chilien est venu les soutenir le 2 septembre, annonçant que 33 chapelets bénis par le pape avaient été acheminés par la "paloma", la sonde qui ravitaille les mineurs. Ceux qui sont devenus des héros planétaires ont ainsi pu dialoguer avec leur chef d'État, et reçu la visite des Uruguayens survivants de la tragédie aérienne des Andes, qui ont passé 72 jours dans les montagnes chiliennes après le crash de leur avion en 1972. Les mineurs se sont également vu offrir des maillots dédicacés de l'équipe nationale de football, ainsi qu'un chèque de 676.000 pesos (1.030 euros) chacun du syndicat de La Escondida, la plus grande mine de cuivre du monde dans le nord du Chili.

 

Un trésor déjà sorti de terre

Mais parallèlement à ces soutiens de bon aloi, d'autres actions s'avèrent plus intéressées. Certains n'ont en effet pas attendu le sauvetage des Chiliens pour profiter de l'immense manne financière potentielle créée par leur soudaine célébrité. Des tee-shirts à leur gloire sont d'ores et déjà commercialisés, alors que leur premier message ("Nous allons bien, les 33 dans le refuge") est en passe de devenir une marque déposée. Des chansons se sont inspirées de leur histoire et un film est déjà en production sur le site même de la mine de San Jose.


D'autres initiatives sont, quant à elles, plus mystérieuses. Le célèbre mécène, également patron multimillionnaire de la compagnie minière Santa Fe, voisine de celle de San Jose, a remis à chacune des familles des mineurs un chèque de 7.600 euros... L'a-t-il fait par pure humanité ? Leonardo Farkas, connu pour ses généreuses initiatives de bienfaisance, a précisé qu'il allait faire campagne auprès d'autres patrons chiliens afin de collecter un million de dollars pour chacun, "pour qu'ils n'aient plus jamais à travailler". Il est certain que plusieurs d'entre eux pourraient, à leur sortie, être incapables de retourner travailler, en raison des séquelles psychologiques et physiques de l'accident. Ceux-ci perdraient alors leur salaire, qui s'élève à 1.200 euros pour le seul mois d'août, soit quatre fois plus que le salaire minimum chilien.

 

Pour autant, l'appât du gain ne facilitera pas à coup sûr leur retour à une vie "normale". Car, en surface, les maîtresses des mineurs - jusqu'ici bien cachées - ont fait leur apparition aux côtés des épouses éplorées, et nombreux sont les proches indésirables qui ont bien l'intention de réclamer leur part du magot. Finalement, le pire reste peut-être à venir pour ces nouvelles stars mondiales.

Commentaires