Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
AFAENAC Association des Familles Adoptives d'Enfants Nés Au Chili

Chili : les victimes "oubliées" alourdissent le bilan de la dictature

Blog de l'AFAENAC

Une étude indépendante présentée mercredi au Chili fait état de 150 victimes "potentielles" supplémentaires de la dictature (1973-1990), des personnes décédées qui pourraient avoir été oubliées dans le décompte officiel de plus de 3 200 tués et disparus. L'étude, coréalisée par l'université du Chili, dit avoir démêlé "le circuit bureaucratique de la mort" de septembre à décembre 1973, aux premiers mois de la dictature, et identifié "des erreurs et irrégularités, dans le suivi et l'identification de corps passés par l'Institut médico-légal". Les chercheurs ont ainsi "découvert 150 cas potentiels de victimes des violations des droits de l'homme", indique un communiqué de l'université, coauteur avec le centre d'investigation journalistique ArchivosChile. "Il s'agit de personnes qui n'ont pas été comptabilisées comme victimes de violations des droits de l'homme par les commissions officielles, mais dont les caractéristiques de décès suggèrent qu'il pourrait s'agir d'exécutions politiques", souligne l'étude.

RÔLE CLÉ DU PARQUET MILITAIRE

La recherche, qui a croisé des données de l'Institut médico-légal, du registre civil, du cimetière général de Santiago et de la justice militaire, a souligné le rôle clé du parquet militaire, qui à l'époque prit en charge 90 % des dossiers de victimes de répression. Le rapport a été présenté mercredi au Musée de la mémoire de Santiago, ouvert en 2010 en hommage aux victimes de la dictature.

Le bilan de la dictature, dressé dans les années 1990 par plusieurs commissions officielles, a été réévalué en août de plusieurs milliers de cas, à 3 225 morts et disparus et environ 37 000 cas de torture et détention illégale par une commission réactivée en 2009 par l'ex-présidente Michelle Bachelet, pour analyser des nouveaux éléments. Pour les familles de victimes, le fait que des milliers de cas aient pu être perdus ou "oubliés" pendant vingt ans suggère que le bilan actualisé est encore très en-deçà de la réalité.

LEMONDE.FR avec AFP 

Commentaires