Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
AFAENAC Association des Familles Adoptives d'Enfants Nés Au Chili

Chili - Mineurs et Mapuche - Chili: les "34"oubliés des médias (Source :rtbf.be)

Blog de l'AFAENAC

Avec le sauvetage des mineurs, les politiques chiliens sont sur tous les écrans du monde, apparaissant sur le chantier, donnant des interviews à qui veut... Un jeu médiatique qui détourne les médias des autres problèmes que connait le pays, entre autre un conflit territorial.

 

Le gouvernement chilien n'a rien inventé mais l'enthousiasme médiatique qui se joue autour des mineurs arrangerait leurs affaires. Sorti de l'ombre pour l'occasion, Laurence Golborne, le ministre des Mines, serait même devenu l'une des personnalités les plus appréciées des chiliens. Le président Sebastian Piñera ne reste pas en peine, profitant lui aussi de cet engouement, alors qu'il y a quelques mois il était très attaqué face à la lenteur de la reconstruction du pays après le séisme de février.

 

Mais en coulisses, les problèmes subsistent, entre autre avec les communautés du pays, et particulièrement avec l'éthnie mapuche. Depuis quelques mois, le gouvernement chilien serait de plus en plus aux prises avec un conflit territorial et des réclamations ethniques.

 

Pour les indiens du sud du Chili, aucune réaction médiatique n'est venue soutenir leur combat. Pourtant, 34 d'entre eux étaient en grève de la faim depuis le 12 juillet pour protester contre des procès politico-judiciaires criminalisant les ethnies du pays. Plusieurs ont cessés depuis lundi dernier, mais 14 continuent toujours.

 

Des lois d’exceptions


Emprisonnés "préventivement" dans le cadre de l'application de la loi anti-terroriste créée sous l'ère du général Pinochet, ils ont réussit à faire plier le gouvernement. Les charges pesant contre les prisonniers sous la loi anti-terroriste ont maintenant été retirées. Ils seront poursuivis en justice conformément au droit pénal général.

Une grande victoire pour ces indiens qui dénonçaient justement des lois d’exceptions validant le recours à des témoins "sans visages", anonymes et condamnant généralement à de lourdes peines des Mapuches.

Mais rien ne semble gagné pour les 14 continuant leur grève de la faim. Sceptiques face aux déclarations, ils attendent encore des garanties.

 

En 2007, le Comité des droits de l’homme, puis, en 2009, le rapporteur spécial sur la situation des droits et des libertés des autochtones ont dénoncé les politiques de discrimination raciale en vigueur. Mais le gouvernement chilien ne montrait jusqu'ici aucune ouverture au dialogue. Ces "34" font pourtant partis de l'ethnie la plus importante du pays. Celle-ci connait, comme beaucoup d'Amérindiens, des problèmes de propriété et de contaminations des terres.

Plus d’une centaine de militants mapuche sont actuellement détenus dans des prisons chiliennes attendant d’être jugés pour crimes contre la propriété. Beaucoup de ces arrestations sont dues à la décision du gouvernement de vendre leur terre au profit des compagnies forestières et des fermiers, sans leur consentement.

 

VG (avec rfi et Survival)

Commentaires