Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
AFAENAC Association des Familles Adoptives d'Enfants Nés Au Chili

Cinélatino : 24èmes Rencontres de Toulouse

Blog de l'AFAENAC
Cinélatino : 24èmes Rencontres de Toulouse

Informations Pratiques


A partir du 23 mars 2012 jusqu'au 1ier avril 2012

Lieu: Les écrans de CINÉLATINO, Rencontres de Toulouse : La Cinémathèque de Toulouse, l’ESAV, les cinémas ABC, Gaumont Wilson, Utopia, Cratère, le Centre Culturel Bellegarde ainsi que l’Instituto Cervantes, la Médiathèque José Cabanis et d’autres écrans incontournables dans le département et la région Midi- Pyrénées.

Liens: Cinélatino, 24eme rencontres de Toulouse


Du 23 mars au 1er avril 2012 a lieu la 24ème édition des Rencontres Cinémas d’Amérique Latine de Toulouse. Pour l’occasion, les rencontres changent de nom et deviennent Cinélatino. Programme.

Cette année, les rencontres mettent à l’honneur:
• Les Comédies à l’uruguayenne
L’histoire du cinéma uruguayen doit se résumer en tout et pour tout à une cinquantaine de films – ce qui, pendant des années, a fait dire à chaque fois qu’un nouveau film se tournait en Uruguay, qu’il s’agissait du premier film uruguayen ! Mais depuis une décennie, il est intéressant de constater que l’Uruguay offre une production régulière (environ 5 films par an) et qu’il s’en dégage une particularité : la comédie douce-amère. Juan Pablo Rebella et Pablo Stoll ont été les premiers à explorer ce genre avec 25 Watts (2001) puis Whisky (2004), deux films qui leur ont permis de gagner les faveurs du public dans les festivals du monde entier… CINÉLATINO présentera une dizaine de ces films à l’humour singulier parmi lesquels Les Toilettes du Pape (2006) de Enrique Fernández et César Charlone, La cáscara (2008) de Carlos Ameglio, Gigante (2009) de Adrián Biniez ou encore La vida útil (2010) de Federico Veiroj…

• Une rétrospective du réalisateur Alejandro Jodorowsky  (Chili)
Personnage haut en couleurs – cinéaste, compositeur, écrivain, scénariste, producteur, monteur, chef décorateur – Alejandro Jodorowsky est né à Tocopilla au Chili en 1929. Il émigre en France en 1953, travaille le mime avec Marcel Marceau et, passionné de surréalisme, il fonde en 1962 le mouvement Panique avec Fernando Arrabal et Roland Topor. En 1965, il créé au Mexique le Théâtre d’Avant Garde puis réalise trois films dont El Topo (1970) qui devient le film culte de la génération psychédélique. Il se lance ensuite dans la bande dessinée et la série de L’Incal l’impose comme l’un des scénaristes de bande dessinée les plus originaux et les plus prolifiques. Auteur de plusieurs romans, essais et poèmes, il est aussi mystique. Inventeur du concept de psychomagie, il est le spécialiste incontesté du Tarot de Marseille. Rendre hommage à cet artiste talentueux était l’un des projets les plus anciens de l’ARCALT encore non réalisé… Ses films ont longtemps été introuvables. Ils sont aujourd’hui restaurés et les plus emblématiques seront présentés à Toulouse, en partenariat avec Extrême Cinémathèque.

• Focus sur le chef opérateur  Walter Carvalho (Brésil)
Walter Carvalho (né à João Pessoa, Paraíba en 1947) est directeur de la photographie et réalisateur brésilien. Considéré comme l’héritier du Cinéma Novo, sa photographie possède la marque indubitable des films brésiliens de la deuxième moitié du XX siècle,
témoins des transformations sociales, politiques et culturelles qu’a traversé le Brésil ces dernières décennies. Il a été le chef opérateur de cinéastes brésiliens prestigieux parmi lesquels Karim Aïnouz (Madame Satã, 2002 ; Le Ciel de Suely, 2006), Hector Babenco (Carandiru,
2003), Beto Brant (Crime delicado, 2005), Júlio Bressane (L’Herbe du rat, 2008), Luis Fernando Carvalho (A la gauche du père, 2001), Ruy Guerra (O veneno da madrugada, 2004), Walter Salles (Terre lointaine, 1996 ; Central do Brasil, 1998 ; Avril brisé, 2001). Walter Carvalho sera à Toulouse pour présenter plusieurs des films auxquels il a contribué…

• Un hommage à Raúl Ruiz
Raúl Ruiz est mort à Paris le 19 août 2011. Le festival a eu l’honneur de l’accueillir à Toulouse à deux reprises, notamment en 2007 pour la rétrospective organisée par l’ARCALT et La Cinémathèque de Toulouse. Il laisse un grand vide dans le cinéma mondial et latino-américain. Nous souhaitions vite le retrouver en programmant une sélection de ses derniers films du « retour au Chili », notamment Días de campo (2004) et La Maison Nucingen (2008), mais aussi la version restaurée de son tout premier film, La maleta (1963, court-métrage).

• Une rencontre avec Albertina Carri, réalisatrice – Argentine
Née en 1973 à Buenos Aires, elle étudie le cinéma à la Fundaciòn del Cine, de 1991 à 1994 et débute comme directrice de la photographie sur des films de réalisateurs tels que Maria Luísa Bemberg ou Martín Rejtman. En 2001, elle réalise son premier longmétrage, No quiero volver a casa, sélectionné par les festivals de Buenos Aires (BAFICI), de Vienne, de Londres, et de Rotterdam. Ses oeuvres suivantes, Los rubios (2003), Gémeaux (2005) et La rabia (2008), toutes les trois sélectionnées et primées dans des festivals du monde entier, confirment son statut de réalisatrice et scénariste du Nouveau Cinéma Argentin. La particularité d’Albertina Carri est de s’intéresser à des genres cinématographiques très différents : le film noir, le documentaire à la limite de la fiction, le mélodrame pornographique, le drame familial… Elle sera dans la ville rose pour rencontrer le public de CINÉLATINO mais aussi pour participer au colloque intitulé De Cierta Manera, Identités plurielles et normes de genre dans les cinémas latino-américains – colloque organisé par l’ARCALT et les équipes de recherche IRIEC de l’Université Toulouse II Le Mirail et AMERIBER de l’Université Bordeaux 3. Il se tiendra à Toulouse les 29 et 30 mars 2012.

• Le nouveau visage d’un cinéma argentin : Esteban Lamothe, comédien
Depuis quelques années, il existe un nouveau cinéma argentin qui produit des films de manière indépendante, en dehors du soutien financier des organismes officiels et des grandes compagnies de production. L’acteur Esteban Lamothe est l’un des nouveaux visages de ce cinéma créé en marge du système. Né en 1977, il débute par hasard au théâtre à l’âge de 23 ans. Au cinéma, il a le premier rôle dans le film La vida por Perón (2005) de Sergio Bellotti et dans Castro (2009) de Alejo Moguillansky. En 2011, il est en tête d’affiche du premier film de Santiago Mitre, El Estudiante, film primé aux festivals de Buenos Aires (BAFICI) et de Lorcarno. Depuis, il a tourné dans le dernier film de Edgardo Cozarinsky, Nocturnos et de Gonzalo Tobal, Villegas. Parallèlement, il poursuit sa carrière au théâtre. Le public Parisien a d’ailleurs pu le découvrir sur la scène du Théâtre du Rond-Point en décembre 2011 dans la pièce de Romina Paula, El tiempo todo entero. Il sera à Toulouse pour parler de son travail d’acteur et du courant de production qui l’a fait connaître.

• Des repérages : Elles regardent Cuba autrement
Cette section proposera un programme de courts-métrages, principalement des documentaires, réalisés par de jeunes cinéastes cubaines portant un regard différent sur Cuba.

• La revue « Cinémas d’Amérique Latine » n° 20

•Les professionnels La désormais incontournable plate-forme professionnelle réunira à nouveau les professionnels européens et latino-américains autour de :

• Des séances Jeune public

Affiche : Ronald Curchod.

Source : Communiqué de presse.

Commentaires