Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AFAENAC Association des Familles Adoptives d'Enfants Nés Au Chili

Football - Mondial 2010 : L'Argentine respire, le Chili y est (Eurosport)

Blog de l'AFAENAC

Grâce à un but de Palermo dans les arrêts de jeu, l'Argentine est venue à bout du Pérou (2-1) lors de l'avant-dernière journée des éliminatoires et se hisse provisoirement à la 4e place de la zone Amérique du Sud, la dernière directement qualificative pour le Mondial. Le Chili a composté son billet.


Il y a des matches qui restent dans les mémoires, qui forgent un groupe. La confrontation entre l'Argentine et le Pérou, lors de l'avant-dernière journée des éliminatoires pour le Mondial devrait assurément faire partie de cette catégorie. Seulement cinquième de la zone Amérique du Sud, avant ce match, les hommes de Diego Maradona avaient conscience de ne pas avoir le droit à l'erreur pour ne pas devenir la première sélection albiceleste à manquer le rendez-vous planétaire depuis 1970.


Avec des joueurs de la classe de Messi, Higuain, Aimar ou autre Mascherano, l'Argentine ne devrait pas avoir besoin d'attendre le dernière journée des éliminatoires pour composter son billet pour l'Afrique du Sud, mais depuis l'arrivée de Diego Maradona, elle déjoue totalement. Lanterne rouge de la zone AmSud, le Pérou semblait la victime idéale pour relancer une formation en plein doute, défaite lors de ses trois dernières sortie. Les hommes d'El Pibe de Oro ont pourtant dû attendre un but du revenant Martin Palermo dans les arrêts de jeu pour arracher la victoire (2-1) et s'emparer provisoirement de la 4e place. La dernière directement qualificative pour le Coupe du Monde.


Palermo sauve Maradona

Incapable d'appuyer sur l'accélérateur, se contentant le plus souvent d'attaquer plein axe et de s'empaler inexorablement dans l'arrière-garde péruvienne, les Argentins sont passé tout près de la correctionnelle. Parfaitement mis en selle par le premier but d'Higuain en sélection, les troupes de Maradona n'ont jamais réussi se mettre à l'abri. Les supporters du Stadio Monumental de Buenos Aires ont même cru revivre le scénario cauchemardesque de 1969, lorsque la Rojiblanca avait privé les Albiceleste du Mondial 70 en arrachant un match nul, quand Rengifo, de la tête, égalisait à la dernière minute.

Les Argentins peinent à trouver la bonne carburation, mais poussés par un public surchauffé, ils ont fait preuve d'une force de caractère tonitruante pour renverser une tendance bien compromise. Sur une frappe Messi, Palermo, déjà buteur à deux reprises en match amical face au Ghana, après dix ans d'absence en équipe nationale, déviait le ballon au fond de filet, revêtant ainsi le costume de sauveur. Un scénario incroyable accentué encore par le dernier baroud d'honneur des Péruviens. Loin d'être démobilisés malgré leur dernière place, les hommes de José del Solar ont failli réduire au silence tout un pays. Sur le coup d'envoi, Manuel Vargas tentait ainsi un lob improbable qui finissait sa course sur la barre de Romero. Pour seulement quelques centimètres, l'Argentine reste en vie, et Diego Maradona, auteur une glissade mémorable sur le sol détrempé en fin de match, sauve sa tête...


Un combat à trois

Un énorme soulagement pour toute une nation mais une victoire qui n'est pas encore synonyme de qualification. Même si elle a repris la quatrième place de la zone Amérique du Sud, l'Argentine va trembler jusqu'au bout. Alors que le Chili, vainqueur de la Colombie sans frayeur (2-4) a d'ores et déjà composté son billet pour l'Afrique du Sud, un match à trois se profile pour décrocher le dernier ticket.


Sixième des éliminatoires à l'attaque de cette avant-dernière journée, deux points derrière l'Equateur et un derrière l'Argentine, l'Uruguay n'avait pas le droit à l'erreur pour conserver ses chances de participer au prochain mondial. Menés au score par l'Equateur, les joueurs de la Céleste ont su à l'image des Argentins forcer leur destin, ne rien lâcher pour arracher un succès, lui aussi dans les arrêts de jeu, sur un penalty transformé par Forlan (1-2). La confrontation face aux voisins argentins dans la nuit de mercredi à jeudi promet donc d'être explosive. En cas de match nul, l'Equateur, qui affronte un Chili certainement peu concerné, pourrait les coiffer sur le poteau. Tout reste à faire...


Eurosport

Commentaires