Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AFAENAC Association des Familles Adoptives d'Enfants Nés Au Chili

Hécatombe chez les manchots par Gwendal Perrin (www.zegreenweb.com)

Blog de l'AFAENAC
Hécatombe chez les manchots
Plus de 500 carcasses de pingouins ont été retrouvées en une dizaine de jours sur les plages brésiliennes. Une hécatombe vraisemblablement liée à la surpêche, même si d’autres facteurs pourraient aussi être à l’origine de cette situation

Les plages brésiliennes sont depuis une dizaine de jours le théâtre d’un bien triste spectacle. Des centaines de cadavres de manchots se déversent sans explication sur le sable.


C’est à environ 120 kilomètres au sud de Sao Paulo, sur les côtes de Peruibe, Praia Grande et Itanhaem, qu’ils se sont échoués. Plus de 550 manchots de Magellan, originaires du Chili, d’Argentine et des îles Malouines ont déjà été repêchés par les habitants. Leur parcours migratoire habituel les amène sur les côtes brésiliennes à cette période de l’année pour trouver de la nourriture, mais c’est à ce niveau qu’un problème est survenu puisque les autopsies ont révélé un état de dénutrition inhabituel des oiseaux. Le fait de retrouver des manchots avec l’estomac vide en période migratoire n’est pas étrange en soi mais cet arrivage massif sur les plages de manchots décédés suscite bien des interrogations.

 

Plus de poissons dans l’Atlantique

La communauté scientifique est très inquiète et cherche une explication à ce phénomène. Deux principales hypothèses circulent actuellement, toutes deux liées à un déficit de poissons dans l’océan Atlantique.

La première impute l’hécatombe à l’activité humaine. « La surpêche pourrait en effet  avoir amoindri les populations de poissons et de calamars », bases de la nourriture des manchots de Magellan, dixit le biologiste de l’aquarium de Peruibe Thiago do Nascimento. Cette saignée pourrait aussi avoir été provoquée par une modification des courants océaniques, notamment celui de La Nina, qui aurait entraîné la mort des espèces de poissons de la région et donc un épuisement les réserves alimentaires des manchots. Certains scientifiques se demandent en effet pourquoi ils sont partis si loin de leur habituel habitat de Patagonie pour chercher de la nourriture. La biologiste Isabelle Nunes considère à cet égard que les faibles températures ont pu constituer un facteur aggravant.

Thiago do Nascimento rappelle pour sa part qu’en temps normal les plages de Peruibe accueillent une grosse centaine de manchots de Magellan par an au maximum, et que seuls une dizaine d’entre eux sont retrouvés morts. Les prochains jours offriront peut-être une explication à cette hécatombe qui n’est pour l’heure rien d’autre qu’un tragique mystère.

 

Crédit photo : Flickr – Paul Mannix

Commentaires