Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
AFAENAC Association des Familles Adoptives d'Enfants Nés Au Chili

L'armée chilienne a commencé la distribution d'aide humanitaire (.jminforme.ca)

Blog de l'AFAENAC

CONCEPCION, Chili - L'armée chilienne a commencé mercredi à distribuer de l'eau et de la nourriture aux victimes du séisme qui a frappé le pays samedi dernier, faisant 802 morts. Mais les conditions de cette distribution font polémique.

 

Après plusieurs jours de pillages, l'armée occupe quasiment chaque quartier de Concepcion, durement touchée par le séisme, faisant respecter un couvre-feu qui a expiré à midi. Avec des rues plus sécurisées, les soldats peuvent se concentrer sur l'aide humanitaire.

 

Les rescapés ont salué l'arrivée des militaires mais certains dénoncent le fait que le premier lieu à recevoir cette aide, à Concepcion, soit une rue habituée par des familles de soldats.

 

"Le quartier entier appartient à l'armée", a observé Yanira Cifuentes, 31 ans, dont le mari est officier. Selon elle, cette aide est la bienvenue après plusieurs jours à dormir sous des tentes et à partager la nourriture avec des voisins au-dessus d'un feu de bois. Mais elle reconnaît que le quartier n'était pas affamé, car ses habitants avaient accès aux provisions du régiment.

 

Des responsables militaires ont insisté sur le fait que leurs familles avaient elles aussi souffert et que de nombreux soldats avaient travaillé sans interruption depuis le séisme, sans savoir si leurs proches s'en étaient sortis indemnes ou pas.

 

Le commandant Antonio Besamat a précisé que les autorités locales contrôlaient la distribution de la nourriture, les soldats étant là pour assurer que les opérations se déroulent en toute sécurité.

 

Certains habitants étaient furieux de l'annonce mardi du gouvernement local de ne pas distribuer l'aide dans les quartiers où les magasins ont été pillés. Et ce alors que la plupart de ces secteurs sont parmi les plus pauvres de la ville. "L'aide devrait être distribuée en priorité à ceux qui n'ont rien", a demandé Luis Sarzosa, 47 ans.

Commentaires