Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
AFAENAC Association des Familles Adoptives d'Enfants Nés Au Chili

L'espace et l'océan à la rescousse des mineurs chiliens (/www.lexpress.fr/)

Blog de l'AFAENAC

Confrontée à l'une des opérations de sauvetage les plus complexes jamais tentée, le Chili cherche dans l'espace et les profondeurs océaniques des solutions pour assurer la survie des 33 hommes piégés pour plusieurs mois au fond d'une mine.

L'espace et l'océan à la rescousse des mineurs chiliens

Grâce à un conduit percé jusqu'au refuge où 33 mineurs bloqués depuis un éboulement survenu le 5 août, les sauveteurs ont commencé lundi à leur faire parvenir vivres et médicaments, et une ligne de téléphone. (Reuters/Ivan Alvarado)


 

Les mineurs ont été retrouvés vivants dimanche, 17 jours après l'effondrement d'une galerie de la petite mine d'or et de cuivre de San José, dans le nord du pays, mais il faudra jusqu'à quatre mois pour forer un conduit suffisamment large afin de les ramener à la surface.

Les 33 hommes, bloqués dans un espace confiné à 700 mètres de profondeur, n'ont pas été informés de ce délai, les sauveteurs craignant de porter atteinte à leur moral.

L'ancien astronaute de la Nasa Jerry Linenger a survécu à un incendie puis à une dégradation continue de ses conditions de vie à bord de la station spatiale russe Mir accidentée en 1997. Il sait mieux que quiconque ce que ces mineurs vont endurer.

"La plus grosse erreur aujourd'hui serait de leur tenir de fausses promesses", dit-il. "Dans mon cas, le fait de savoir que la navette arriverait dans un délai de trois mois était suffisant. Psychologiquement, il est bon de connaître le moment où cela prendra fin."

"L'important est de ne pas dire que cela prendra deux mois si cela doit en prendre quatre. Il est possible de se préparer à un long parcours, tant qu'il ne faut pas s'adapter une deuxième fois. On a beaucoup de réserves."

Jerry Linenger note que les mineurs ont déjà surmonté méthodiquement plusieurs difficultés, en trouvant de l'eau, en rationnant le peu de nourriture à leur disposition, ce qui montre qu'ils sont bien partis. "Il faut mettre de côté toutes les peurs et les inquiétudes et se concentrer sur la survie."

Le gouvernement chilien a demandé des conseils à la Nasa pour savoir comment préserver physiquement et mentalement les 33 hommes pour les mois à venir. Il compte aussi leur acheminer des rations comparables à celles des missions spatiales.

"Sur le plan psychologique, nous essayons de les maintenir sur la bonne voie et de ne pas leur donner le faux espoir que ce sera un sauvetage rapide", explique le ministre des Mines, Laurence Golborne.

JEUX DE CARTES ET DOMINOS

Les autorités se sont également tournées vers les sous-mariniers de la marine chilienne.

Le commodore Ronald von der Weth Fischer, qui commande la flotte de sous-marins chiliens, estime qu'il faudrait avertir les mineurs du temps qu'il faudra pour les sauver.

"C'est toujours bon de savoir", a-t-il dit à bord d'un sous-marin dans le port de Valparaiso. "Je recommanderais de maintenir la communication en permanence, pour qu'ils restent connectés au monde extérieur. Ils devraient entendre les informations, savoir ce qu'il advient de leurs équipes de football favorites, pour leur donner un sentiment de normalité."

"Ils devraient aussi s'occuper, et mélanger des périodes de travail, de repos et de loisir."

Les médecins ont conseillé aux mineurs de faire des exercices pour garder la forme et éviter des atrophies musculaires.

Le gouvernement prévoit aussi de leur envoyer des jeux de cartes ou de dominos pour les aider à passer le temps et de leur fournir différents types de lampes afin qu'ils retrouvent la sensation du jour et de la nuit. Des lampes rouges les aideront à trouver le sommeil.

"Ils savent qu'ils vont rester isolés pendant un moment, mais ces types sont des mineurs endurcis qui sont habitués aux conditions difficiles", souligne Miguel Fortt, un sauveteur bénévole qui a participé aux opérations après l'éboulement du 5 août. "C'est comme si l'on préparait des astronautes."

Les proches rassemblés à l'entrée de la mine affichent la même confiance. "Mon frère est fort, il s'en sortira", déclare Juan Carlos. "On fait ça depuis qu'on est gamins."

Jerry Linenger est lui aussi persuadé que les 33 hommes s'en sortiront. "Les êtres humains sont bien plus résistants sur le plan physique et psychologique que l'on ne croit", dit-il.

Jean-Stéphane Brosse pour le service français

Commentaires