Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
AFAENAC Association des Familles Adoptives d'Enfants Nés Au Chili

Procès de la junte chilienne en l'absence des accusés! (http://le-tribun-en-colere.over-blog.com)

Blog de l'AFAENAC

Depuis mercredi 8 décembre, 14 accusés, 13 Chiliens et 1 Argentin, dont le plus jeune n'a pas 60 ans, le plus âgé flirtant avec les 90 ans, sont jugés devant la cour d'assises de Paris pour "arrestations, enlèvements, séquestrations arbitraires avec torture ou actes de barbarie". Responsables de la junte chilienne qui, rappelons-le, a pris le pouvoir le 11 septembre 1973, après avoir donné l'assaut au palais de la Moneda qu'occupait alors le président Salvador Allende, démocratiquement élu par la population chilienne, ils sont soupçonnées d'avoir enlevé quatre franco-chiliens - Georges Klein, Etienne Pesle, Alphonso Chanfreau et Jean-Yves Claudet - dont les corps n'ont jamais été localisés. Seul ombre à ce procès qui va durer jusqu'au 17 décembre prochain, l'absence de tous ces salauds. En effet, 5 d'entre eux sont déjà morts, parmi lesquels le général Augusto Pinochet, décédé le 10 décembre 2006, 12 années de procédure ayant été nécessaires pour en arriver là, à ce "procès inédit". Quant aux autres, ils ne sont pas présents tout simplement parce que le Chili n'extrade pas ses ressortissants ... comme c'est facile!

 

Certes c'est un procès pour l'histoire, qui permettra sans doute d'affiner les connaissances qu'ont les historiens de cette dictature sanglante qui a profondément défiguré ce pays magnifique, celui-ci en conservant encore les traces. C'est aussi un procès nécessaire pour tous les parents et les proches de ces 4 disparus, d'autant plus que sans corps, il est extrêmement difficile de faire pleinement son deuil. Nul doute que l'ombre des Etats-Unis va flotter sur ces dix jours de procès, en particulier l'ombre du "couple infernal" que formaient Richard Nixon et Henry Kissinger. Si le premier est décédé, emportant avec lui beaucoup des secrets des multiples saloperies qui ont été commises, à sa demande, à la fin des années 1960 et au début des années 1970, dans le monde entier, et notamment dans les pays d'Amérique Latine, le second, qui a reçu le prix Nobel de la paix en 1973 - une honte!!!! - est toujours bien vivant. Et le concernant, on ne peut regretter qu'une chose : que le titre de "plus grand salaud d'Amérique" ait été déjà attribué à Edgar Hoover par Anthony Summer dans un de ses meilleurs livres ainsi titré. 

 

Lisez le remarquable ouvrage de Christopher Hitchens, "Les crimes de monsieur Kissinger" (éditions Saint-Simon), publié en français en 2001. En le refermant, la première question qui vous viendra à l'esprit sera la suivante : "mais pourquoi ce type immonde est-il encore en liberté, qui plus est à la tête d'une société de conseil en relations internationales pour multinationales, Kissinger Associates, dont il est le fondateur"? Eh oui, c'est aussi cela la démocratie américaine! Et nul doute que, malgré "ses crimes", nombreux, l'affreux Kissinger s'en ira un jour rejoindre son "ami" et non moins affreux Pinochet, sans être passé par la case "Prison". Et pourtant, il aurait largement mérité d'être au générique de ce procès, et de bien d'autres, tant les soupçons qui pèsent sur lui sont grands. Mais voilà, l'animal sournois et peureux qu'est Kissinger, reste quasiment terré outre-Atlantique, de peur de devoir répondre à certaines questions que la justice de nombreux pays souhaiterait lui poser. Et l'on appelle cela un homme!!!!

 

Manque également à l'appel de ce procès ces militaires français qui, au cours des années 1970 et 1980, sont allés "discrètement" entraîner les tortionnaires, notamment de différents pays d'Amérique latine. Lire à ce propos l'excellent ouvrage de Marie-Monique Robin, "Escadrons de la mort, l'école française", publié en 2008 aux éditions de La Découverte. Preuve que la France sait exporter ses compétences les plus inavouables - c'est tout une science, voire un art de savoir torturer son ennemi - alors qu'elle est souvent incapable d'en faire autant dans d'autres domaines plus "respectables". Le rappel de ces quelques faits provoque évidemment la nausée! Comment ne pas penser alors que s'il y avait eu à cette époque "trouble" une sorte de WikiLeaks, la divulgation de toutes ces informations, y compris les plus sordides, auraient sans doute permis que nos démocraties soient aujourd'hui un peu plus propres.

 

Le Tribun en colère

 

http://le-tribun-en-colere.over-blog.com

Commentaires