Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
AFAENAC Association des Familles Adoptives d'Enfants Nés Au Chili

Projet de barrages au Chili : les opposants sont déboutés en cour d'appel (Radio Canada)

Blog de l'AFAENAC

Une cour d'appel chilienne a levé jeudi la suspension du controversé projet de méga-barrages hydroélectriques dans les vallées sauvages de la Patagonie, dans le sud du Chili. En mai dernier, une commission régionale d'évaluation environnementale a donné son feu vert à la construction des cinq barrages sur les fleuves Baker et Pascua.

Des opposants au projet HidroAysen, dont des élus et des groupes écologistes, s'étaient alors adressés à la cour d'appel, qui avait suspendu le processus le temps d'examiner la cause. Maintenant qu'ils ont perdu, ils ont l'intention d'interjeter appel devant la Cour suprême du pays. Ils comptent également s'adresser à la Cour interaméricaine des droits de l'homme. Le projet, mené par le consortium hispano-chilien Endesa-Colbun, a provoqué une grogne populaire en mai dernier.

 

Des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes du pays, dont à Santiego (notre photo). Pour ses détracteurs, HydroAisen est un projet opaque et superflu, qui servira surtout à satisfaire l'appétit énergétique de la puissante industrie minière. Pour eux, il est impensable de défigurer une des dernières réserves naturelles du monde. Ses défenseurs, dont fait partie le gouvernement de Sebastian Piñera, affirment pour leur part qu'HidroAysen est essentiel pour la sécurité d'approvisionnement énergétique du Chili.

Les cinq barrages doivent avoir une production de 2750 mégawatts et augmenter de 20 % la capacité électrique du pays. Les partisans du projet rappellent également que l'hydroélectricité est une énergie propre, contrairement aux centrales thermiques, qui fournissent une bonne partie de l'énergie du pays. HidroAysen doit encore recevoir l'aval du gouvernement. Le cas échéant, les travaux ne commenceraient qu'en 2014 et devraient s'étaler sur une dizaine d'années.

 

Radio-Canada.ca

Commentaires